Series All Killers Index du Forum
Series All Killers Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Albator 78

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Series All Killers Index du Forum -> Espace séries tv -> Séries animées
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Aimez-vous Albator 78 ?
Oui
100%
 100%  [ 2 ]
Non
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 2

Auteur Message
The Crow


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2015
Messages: 173
Localisation: Détroit, Michigan

MessagePosté le: Mer 16 Sep - 19:22 (2015)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

  Albator 78




   

-Albator est la référence de l’animation Japonaise des années 80 qui a marqué toute une génération de gamins à l’apogée du Club Dorothé. Albator est un manga de Leiji Matsumoto (image du dessus) crée entre 1977 et 1979 qui a fait d’autres mangas comme l’excellent Galaxy Express 999 ou même l’anime Uchū Senkan Yamato. Le style très affirmé de Leiji Matsumoto est facilement reconnaissable, celui-ci aborde souvent les même thèmes dans ses mangas, certains de ses mangas sont des satires sociales sur des jeunes qui ont du mal à s’en sortir. Grandement inspiré par le « dieu du manga », Osamu Tezuka (Le Roi Léo, Astro Boy), mais aussi par des auteurs français de bande dessinés comme Jean-Claude Mézières (Valérian et Laureline) ou encore Jean-Claude Forest (Barbarella). Dès les premiers épisodes, Albator sera un immense succès au Japon, qui ne mettra pas longtemps à confirmer son succès en France. Albator se compose de 42 épisodes produite par la Toei, la série à eu droit à une suite mais qui se passe quelques années avant Albator 1978 : Albator 1984 qui se compose de 24 épisodes. Albator a eu droit à un film sorti en 2013 et à une nouvelle série de manga qui ont vu le jour en 2014. Bien qu’étant arrivé bien plus tard, je n’ai jamais connu directement Albator.

   

Albator (Harlock en VO, le nom fut modifié dû à la trop grande proximité du Capitaine Haddock de Tintin…) : Albator est le héros de la série et le capitaine de l'Atlantis, vaisseau créé par son plus fidèle ami Toshiro. Craint et respecté par ses adversaires, il sera le seul à considérer les Sylvidres comme une menace pour l'espèce humaine lors de leurs arrivées sur Terre. Albator sera aussi le seul à lutter à la fois contre le gouvernement terrien représenté par Vilak et à la fois contre les femmes végétales. Au-delà de ça, Albator est épris de justice et de liberté et semble sans pitié mais celui-ci est dicté par un code d'honneur et semble faire preuve par moment de compassion. Albator est l'archétype du héros se battant pour faire sauver des causes perdues et faire respecter ses convictions.

   

Ramis Valente (Tadashi Daiba en VO) : Ramis Valente est le fils d'un scientifique assassiné par les Sylvidres, Ramis Valente est recueillit par Albator suite à l'assassinat de son père et son accusation de "haute trahison" par le gouvernement planétaire. Bien qu’étant souvent en désaccord avec Albator, il évoluera au cours de la série en apprenant beaucoup aux côtés d'Albator. Ramis Valente est un garçon très dynamique, sa fougue et son courage compense son impatience et son manque d’expérience à combattre.



   
Nausicâa (Kei Yuki en VO) : Nausicâa est une superbe femme blonde et une des rares femmes au sein de l'équipage, celle-ci est chargé du contrôle informatique à bord du vaisseau. Naussica se révèle être une femme très tendre et douce. Son rôle est primordial, elle représente toute la bonté et la tendresse de l'humanité.



   

Le reste de l’équipage : il est composé de d'Alfred le mécano, de Clio la compagne d'Albator, de Suzanne la cuisinière, et du docteur Zéro le médecin.

-Attaquons l’histoire si vous le voulez bien. A l’aube de l’an 3000, l’Humanité vit dans la paresse et l’opulence, maintenue dans un état d’abrutissement permanent par un gouvernement qui se charge de lui fournir tout ce qu’il faut pour se distraire avant même qu’elle n’en éprouve le besoin (l’expression «Panem et circenses» n’a jamais été si intelligemment interprétée). Un homme accompagné d’une poignée de volontaires courageux s’oppose à cet état de fait : Albator. A bord de son vaisseau et en attaquant les convois de marchandises des 4 coins de la galaxie, Albator ne tarde pas à être désigné comme l’ennemi public n°1. Cependant dans l’immensité de l’espace, une menace se fait de plus en plus pressante : la race des Sylvidres menée par la reine Sylvidra qui tente de prendre possession de la Terre et de réduire sa population en esclavage. Seuls contre tous, Albator et son équipage feront tout pour éviter à leurs semblables ce funeste destin et ne reculerons devant aucun danger tant que flottera sur le navire de la liberté…



   

-Même si le scénario peut vous paraitre simple, il n'en demeure pas moins captivant. Simple ne veut pas dire simpliste. L'intrigue se développe sans temps mort tout au long des épisodes même si je dois reconnaitre qu'il s'égare par moments par des sous-intrigues ralentissant l'action. Même si le début de la série pourra paraitre un peu laborieux pour certains, les enjeux et les personnages gagnent au fur et à mesure en consistance et les épisodes deviennent de plus en plus prenant (Contrairement à Albator 84 qui tardaient un peu à lancer l'histoire). Albator 78 va plus loin que son scénario quand on s’y penche un peu plus. Matsumoto dresse le portrait d’un monde corrompu et matérialiste au possible dans lequel règne une oisiveté subversive. Malgré l'épuisement des ressources de la planète, l'humanité abrutie par les médias de masse et la société de consommation n’est plus capable de faire face à l'adversité. Cette même humanité abrutie par la consommation et l'argent dénoncée il y a plus dans les années 70 n'a pas vraiment évolué depuis... le monde prend très précisément la direction d'une société de pure consommation, abrutie par la télévision, les jeux vidéos. C’est étonnant comme le miroir tendu avec le monde réel n’est pas déformable, la série nous offre une critique de notre propre société transposée dans un monde à la fois imaginaire certes mais terriblement proche de notre réalité, la société future décrite par Matsumoto paraît presque prophétique… Les « révolutionnaires » comme Albator sont ceux qui n'ont pas voulu d’un système où l'être humain est condamné à vivre comme un légume. Rejetés par un gouvernement terrien qui les a condamnés à mort et c'est à ce seul prix qu'ils conservent leur liberté. En prenant comme emblème le drapeau noir à tête de mort des pirates, Albator clame son identité d'homme libre (une liberté chère à Leiji Matsumoto qui n'a cessé de la promouvoir tout au long de son œuvre) L'incompétence des hommes politiques sont montrés de façon drôle et caricaturale. Dans la série, les limites entre le bien et le mal sont floues, la solution du problème ne se résume pas à l’éradication de son ennemi. Que nous réserve l’avenir ? Telle est la question posé au travers des aventures du célèbre corsaire.



   

-Axée sur des sujets forts tels que l'individualisme, la décadence des humains, la perte du libre arbitre au profit du confort qu’apporte la société de consommation, la sauvegarde de la planète, le rapport face aux médias de masse, la transformation de la société en une société de produit de consommation qui enferme les hommes dans un bonheur artificiel et éphémère, Matsumoto montre qu’il n'est pas facile de faire bouger les gens, qui préfèrent rester ancrer dans leurs conformismes.

-L'univers d'Albator est très riche et très cohérant grâce à sa formidable retranscription graphique. Le premier épisode nous suggère avec seulement quelques plans un futur terrifiant. L’absence de personnes dans les rues, le gigantisme des villes désincarnées, nous imposent une vision d'un futur bien noir, ou les humains sont devenus des pantins perdus dans leurs réalités. Parlant de futur noir, l’atmosphère de la série est assez noire et pesante (notamment par la destruction et la guerre). Les recherches en matière de navigation navale sont très recherchées afin d'ajouter des éléments de bateau à un vaisseau spatial du futur.



   

-La mise en scène de Rintaro (le réalisateur de l’excellent Métropolis) se révèle être posée et progressive avec ses scènes très contemplatives qui servent parfaitement la série. La mise en mise instaure une ambiance lourde et mélancolique, très éloigné de toute légèreté, où l'humour n'a qu'une place très limitée. Une mise en scène simple et très efficace.

-On va passer à l’animation maintenant, je vais rester objectif sur ce point, le temps est passé et la qualité de l’animation a assez mal vieilli et pourra en repousser pas mal d’entre vous ! Cependant je tiens à préciser que la série été réalisé en… 1978, comme l’indique si bien son titre. L’animation contribue à l'atmosphère si particulière de la série. Mais on peut passer outre ces défauts d’animations pour se focaliser sur le scénario ! On pourra néanmoins reconnaître les efforts de la production pour obtenir une animation de qualité et une mise en scène aboutie pour l’époque. Un travail très minutieux a notamment été fait au niveau des visages et des expressions des personnages qui retranscrivent à merveilles leurs émotions à l’écran. Les personnages sont bien développés et ne manquent pas de charisme dans l’ensemble, il est très facile de s'identifier à eux. Que ce soit « bon » ou « Mauvais », les personnages ont toujours une histoire qui explique leur situation (sauf pour Albator, on ne sait que peu de chose sur lui). Parlons rapidement de Sylvidra, la reine des sylvidres. Est-elle réellement méchante ? Où ne cherche-t-elle qu’à sauver son peuple ? La série arrive bien à jouer sur l’opposition de caractère enjoué de quelques personnages au caractère très noir de l’intrigue. Ce qui permet d’alléger le côté dramatique de la série.



   

-Pour ce qui est des musiques, il y a d’assez bons morceaux dans l’ensemble, mais il aurait fallu un peu plus de variété à mon goût… En dehors de ça, la bande sonore (signé par le grand Seiji Yokoyama) est toujours fidèle à accompagner et à reproduire l’action qui est en train de se dérouler sous nos yeux et qui nous immerge sans peine dans l’univers de la série. Après, je ne vais pas m’attardais sur ces musiques car il est vraiment difficile d’être objectif sur la qualité d’une musique, on a tous des goûts et des couleurs différents, soit ça va plaire, soit ça va rebuter. La musique reste néanmoins facilement en tête et on comprend sans peine que les génériques soient devenus cultes avec le temps.


   

-Le doublage VF et VO sont très différent certaines musiques apparaissent dans VO que la VF ne possèdent pas. Les animes sont quand même bien mieux en VO. Parlant de doublage, je vais pouvoir basculer à un problème qu’a connu Albator 78, la fin pure et simple de sa diffusion en France, les 3 derniers épisodes de la série n’ont pas été diffusés en France à la télévision, car ils furent jugés trop violents dans les années 80 pour la télévision de l'époque ! Les derniers épisodes ont donc été doublés pour la sortie en coffrets vidéo de la série en 1999. Donc, les voix des personnages ne sont pas les mêmes que dans les précédents épisodes (et les musiques non plus d’ailleurs).

Conclusion : Pour conclure, au delà de la simple aventure de space-opéra, Albator est un récit moins enfantin qu’il n’y parait dénonçant avec efficacité : l’absurdité de la guerre et ses conséquences sur le peuple. Malgré une animation qui a vieillie, l’univers qui s’ouvre à nous vaut bien de passer ce petit problème. Ce dessin animé a connu un succès phénoménal l’imposant comme une référence de l’animation et ouvrira la porte à la plupart des dessins animées japonais des années 80 à la télévision. Albator sera aussi une des premières polémiques sur les effets néfastes de la télévision sur la jeunesse, alors qu'il dénonce justement un monde obsédé par la télévision et les loisirs…
_________________

"Victimes, nous le sommes tous..."
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Sep - 19:22 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lilas


Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 23
Localisation: dans les fleurs

MessagePosté le: Sam 24 Oct - 16:37 (2015)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

un des dessins animés de mon enfance ...C'est Eric Charden qui chanta le generique , il me semble.
Revenir en haut
The Crow


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2015
Messages: 173
Localisation: Détroit, Michigan

MessagePosté le: Sam 24 Oct - 19:53 (2015)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

D'après ce site, c'est Jean-Pierre Savelli qui a chanté le générique et c'est Eric Charden qui a écrit les paroles.

http://www.albatorssx.com/index.php?menu=musique&page=compositeur
_________________

"Victimes, nous le sommes tous..."
Revenir en haut
Kyoko


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2016
Messages: 12
Localisation: France

MessagePosté le: Ven 3 Juin - 23:23 (2016)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

 merci pour cette présentation fort instructive
 
Je compte faire prochainement l'acquisition des séries Albator 78 et 84 par curiosité
mais je ne sais par quelle série commencer
en effet, il parait qu'un personnage mort dans l'une série apparaît dans l'autre
ce sont des séries liées ou indépendantes l'une de l'autre ?
ce sont des séries à univers parallèles ou se suivent elles ?
merci par avance. 
Revenir en haut
The Crow


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2015
Messages: 173
Localisation: Détroit, Michigan

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 10:58 (2016)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

Alors, il n'y a pas de continuité ou de chronologie entre les deux séries. Les origines des héros et le vaisseau en sont mêmes différentes.

Beaucoup ont gardé Albator 84 en mémoire, qui est mieux mis en scène par moment que la 78 mais dont les histoires restent tout aussi intéressante.
_________________

"Victimes, nous le sommes tous..."
Revenir en haut
Kyoko


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2016
Messages: 12
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 13:05 (2016)    Sujet du message: Albator 78 Répondre en citant

 Merci beaucoup pour ces lumières ^^
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:57 (2018)    Sujet du message: Albator 78

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Series All Killers Index du Forum -> Espace séries tv -> Séries animées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com